Caroline Morvan

Aujourd’hui on vous présente Caroline Morvan.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Caroline MORVAN. Je viens de l’Etang Salé les Hauts et je travaille actuellement chez Procter & Gamble, entreprise Américaine, au sein du siège Technique Européen qui se situe à Bruxelles en Belgique. Je gère la fabrication des usines en Europe qui font les produits: Mr Propre, Febreze, Swiffer et Ariel en Poudre. Il s’agit de 8 usines en tout, réparties entre la France, l’Italie, la Hollande, le Royaume Uni, la Pologne et l’Espagne. Je suis précisément Ingénieur Industriel et j’ai fait mes études à l’UTC à Compiègne.

Dans quelles conditions as-tu vous été amené à quitter l’île et quel a été ton parcours de « mobilité » ?

Je suis arrivée en Métropole à l’âge de 18 ans pour faire mes études d’ingénieur à l’UTC.J’ai choisi cette école car je voulais faire mes études en prépa intégré. Prépa intégré veut dire qu’on est déjà pris en école d’ingénieur juste après le bac.Cela évite de faire 2 ans de Prépa Classique et laisser quelques jours de concours à la fin des 2 ans déterminer dans quelle école d’ingénieur on sera pris.L’UTC est déjà une des plus grandes écoles d’ingénieur de France donc je me suis dit pourquoi pas y rentrer directement après le bac.En terme d’intégration, c’est également plus simple je trouve.Il y a pleins d’écoles de ce type comme les écoles INSA qui sont aussi très connues.

Que penses-tu de l’accès aux grandes écoles par les réunionnais ? Comment l’inspirer ?

Je trouve qu’on est encore trop peu de réunionnais dans les écoles d’ingénieur de Métropole. Pourtant, il y a beaucoup de classes S à la Réunion et je ne sais pas si les étudiants ne s’orientent pas assez vers les écoles d’ingénieurs soit par manque d’information, soit par manque de possibilité d’aller en Métropole ou soit parce que ce cursus ne leur plait pas.Je ne connais pas la représentation des réunionnais en écoles de Commerce ou en Médecine, mais pour moi, le soucis que cela pose après est qu’il n’y a pas assez de Réunionnais sur les postes de grands cadres supérieurs dans les grandes entreprises européennes et internationales.Or les Réunionnais ont tant à apporter en entreprise, spécialement en Europe. Pourquoi ? Tout simplement, parce que les Réunionnais ont une ouverture d’esprit très unique, un enthousiasme hors pair et une spontanéité naturelle, qui sont des avantages très bénéfiques dans une organisation.

Envisages-tu un retour ? Si oui, comment voudrais-tu faire bénéficier tes compétences au développement de l’île ?

C’est le grand dilemme de beaucoup de gens des îles ont : est-ce que l’on doit rentrer ou pas ? Je pense que la diaspora doit faire ses propres choix et être heureuse. Pour l’instant, en ce qui me concerne, et malgré mes parents qui vieillissent, mes amis et ma famille qui me manquent terriblement, je suis heureuse dans mon travail en Belgique et dans ma vie personnelle.Dans mon équipe de 35 personnes, il y a 14 nationalités différentes et j’apprends tellement de tout le monde chaque jour que j’aurais du mal à me détacher de ce contexte international.J’ai bien entendu envie d’apporter en retour à mon île mais ma priorité du moment est d’essayer d’inspirer tous nos jeunes à faire les formations qui les attire, à croire en eux et à rêver grand.

KONT PAS SI BATO MON FRÈR POU SOT LA RIVIÈR ! (Ne pas compter sur les autres pour avancer)