Léna Polard

Aujourd’hui nous vous présentons Léna Polard, vice-présidente de DRGE.

Ton parcours en quelques mots :

Après avoir étudié au lycée Georges Brassens à Saint-Denis, j’ai obtenu mon bac S mention très bien en 2018. J’ai ensuite intégré Sciences Po Paris par la voie CEP et passe maintenant ma deuxième année sur le campus de Reims, programme Europe-Amérique du nord !

À propos de l’accès aux grandes écoles et filières sélectives sur des territoires comme la Réunion :

À mon arrivée à Sciences Po et après avoir assisté à une conférence organisée par DTGE en début d’année, je me suis tout de suite sentie concernée par la problématique exposée par cette initiative: l’inégalité d’accès aux grandes écoles à partir de territoires enclavés.En effet le but de DTGE est de promouvoir l’accès aux grandes Écoles et filières sélectives pour des jeunes issus de territoires enclavés, de lutter contre l’auto-censure, de lutter contre le manque d’information et de raviver l’ambition de la jeunesse de nos territoires ! Même si DTGE s’est majoritairement tourné vers les territoires ruraux, les territoires d’outre-mer n’en sont pas moins concernés. L’île de la Réunion regorge d’une jeunesse talentueuse, tout autant capable d’accéder à ces écoles et filières sélectives et surtout pas moins légitime ! Ainsi, ayant formulé mon souhait de créer une branche DTGE pour mon île, Adèle et moi avons été mises en relation puis ensemble nous avons crée « De la Réunion aux Grandes Écoles » !

Ce que peut permettre le retour des réunionnais diplômés de grandes écoles sur le territoire :

Il faut noter que l’un des objectifs principaux de DTGE et de notre branche De la Réunion aux Grandes Écoles est aussi la dynamisation de notre territoire. Par là nous entendons resserrer les liens entre diplômés et le tissu économique local. Il s’agit d’inciter les étudiants réunionnais diplômés à retourner sur leur territoire afin de mettre en valeur et dynamiser notre territoire !

Pourquoi avoir des partenariats peut être un atout crucial ?

Que cela soit avec la Région, le Rectorat, des élus locaux ou des entreprises locales, les partenariats sont cruciaux puisqu’ils nous permettront premièrement d’avoir une plus grande visibilité sur notre territoire mais aussi d’être plus efficaces dans nos actions et interventions à la Réunion. Sur le long terme, il pourra éventuellement être question de mettre en place un dispositif de bourse à l’aide de ses partenariats, comme l’a réalisé Du Pays Basque aux Grandes Écoles, pour aider certains élèves dans leurs études supérieures en écoles ou filières sélectives.